What a Way to Go! (1964)


Cycle Psychiatrie – Psychanalyse

 


Titre : What a Way to Go! – Madame croque-maris
Réalisateur : Jack Lee Thompson
Acteurs : Shirley MacLaine, Paul Newman, Robert Mitchum
Durée : 1h51
Année : 1964
Pays : USA
Genre : Comédie
Résumé : Louisa Foster fait un don aux impôts de plusieurs millions de dollars. L’agence gouvernementale décide de lui envoyer un psychiatre pour voir si elle n’est pas folle. Elle commence alors le récit de sa vie et de ses quatre mariages.
Fiche : IMDb
Partage proposé par : LCDC (film rare) DVD VOSTFR

Avis de Ciné Monde : La première scène annonce une comédie loufoque. Et la suite tient cette promesse.

Louisa, tu es devenue très belle. Tu as quelque chose à vendre. Suis mon conseil, vends-le maintenant. [11’18]
L’insertion d’une séquence, filmée comme au temps du muet, est géniale. [19’58]
Tu avais juré de ne jamais faire fortune ! Et nous sommes si riches que nous ne nous voyons plus ! [28’51] Hopper a fait fortune et déclare juste avant de mourir : Comment suis-je arrivé à ce résultat ? En travaillant dur ! Ce qui prouve que travailler dur n’a jamais tué personne ! [32’23]

J’ai quitté les U.S.A. parce que le dollar y est roi ! [38’35]
Séquence, filmée comme un film romantique et polisson au temps du cinéma en noir et blanc. [40’06]
L’argent, c’est la corruption. L’art, c’est l’éruption. [43’05]
La machine à peindre, qui remplace la guenon Frieda [Kahlo], est une trouvaille. [43’31] La mort de Flint aussi. [53’13]

Rod Anderson était arrogant et froid, vivant exemple de ce que l’argent peut faire d’un être humain. [59’33]
Séquence, filmée comme un film hollywoodien plein d’amour et de fanfreluches. [1h03]
Le lit en forme de coupe de champagne est encore une trouvaille. [1h08]
Triplez ma fortune ! Qui a eu cette audace ! Vous formez des cadres pour qu’ils vous servent fidèlement, et ils vous poignardent dans le dos ! [1h09]
La mort d’Anderson est totalement délirante… sauf pour les homophones. [1h12]

Pourquoi les gens croient-ils qu’il faut viser la gloire ? A quoi bon ? Tout en haut, on est l’esclave des fans. On ne vit plus. [1h20]
Séquence, filmée comme une comédie musicale hollywoodienne. [1h22]
La mort de Gene Kelly est savoureuse car elle lui correspond. [1h37]

La morale de l’histoire : Elle épouse l’homme qu’elle avait haï [d’où le recours à la psychanalyse]. Ils furent heureux et eurent beaucoup d’enfants.
Avis de : Sens Critique

Lire aussi :
Dossier documentaire Psychanalyse, Monde en Question.
Articles Cinéma asiatique, Chine en Question.
Articles Cinéma occidental, Monde en Question.
Dossier Cinéma USA, Monde en Question.
Index Cinéma (Tous les dossiers), Monde en Question.
Veille informationnelle Cinéma, Monde en Question.

Commentaire pour cet article sinon utilisez le Forum

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :